Download SN02TE0-SEQUENCE-09.pdf PDF

TitleSN02TE0-SEQUENCE-09.pdf
TagsHiv/Aids Antibody Antigen Lymphocyte Diagnosis Of Hiv/Aids
File Size6.7 MB
Total Pages40
Document Text Contents
Page 1

Séquence 9-SN02 291

Immunologie :
Sida et processus
immunitaires mis en jeu

>

séquence 9-SN02

Page 2

C


Séquence 9-SN02 293

Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 295

Chapitre 1 > Le SIDA : une maladie du système immunitaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 299

A Le VIH et la primo-infection

B La réaction de l’organisme suite à la pénétration du VIH

C L’évolution de la maladie vers le SIDA

Chapitre 2 > Les processus immunitaires mis en jeu
lors d’une infection – Généralisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 309

A Les anticorps : agents du maintien de l’intégrité du milieu extracellulaire

B Les cellules immunitaires à l’origine des anticorps

C Les lymphocytes T cytotoxiques : agents du maintien de l’intégrité
des populations cellulaires

D Les lymphocytes T4 : pivots des réactions immunitaires acquises

Conclusion

Corrigés des activités autocorrectives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 329

Sommaire séquence 9-SN02

Page 20

Séquence 9-SN02 313

Document 23 Méthode d’Ouchterlony (antigène moléculaire soluble)

Des puits sont creusés à la surface d’une plaque
de gélose, peu épaisse, à une distance donnée
dépendant de la diffusion des réactifs. Des solu-
tions d’antigènes et d’anticorps sont disposées,
l’une en face de l’autre, l’anticorps dans le puit
central, les antigènes dans les puits périphériques
et diffusent. Lorsqu’ils se rencontrent, il se forme
des complexes immuns qui précipitent sous la
forme d’un arc que l’on révèle après coloration.

C’est une méthode qualitative qui permet par
exemple de détecter la présence de plusieurs anti-
corps dans le sérum ou de comparer des détermi-
nants antigéniques. Dans la figure ci-contre :

– cas de deux antigènes identiques (mêmes déterminants antigéniques) : les deux arcs de précipitation
sont en continuité (puits 1 et 2, 4 et 5) ;

– cas de deux antigènes non complètement identiques mais ayant un déterminant antigénique en
commun : un arc continu et un arc supplémentaire formant un éperon (puits 2 et 3, 1 et 6).

Document 24 Immunoélectrophorèse (antigène moléculaire soluble)
(voir encart couleur E48)

Les antigènes sont séparés en appliquant un champ
électrique dans un gel d’agar, le pH étant choisi de
telle sorte que les protéines chargées négativement
migrent vers l’anode et les protéines chargées posi-
tivement vers la cathode. Une gouttière est ensuite
creusée entre les puits, remplie avec l’anticorps
(antisérum humain) et la diffusion commence. Les
antigènes et les anticorps forment des arcs de pré-
cipitation. Cette méthode permet la comparaison de
mélanges complexes d’antigènes.

Activité
autocorrective n° 4 1) Exposez les conditions nécessaires à l’obtention d’une hémolyse (document 22).

2) D’après le document 23 (méthode d’Ouchterlony), précisez la signification d’un arc de précipitation
et les informations que l’on peut en tirer.

Page 21

Séquence 9-SN02 314

Document 25 Protocole de recherche d’un antigène par le test ELISA

L’antigène (exemple : une protéine du virus VIH) est fixé par avance au fond de chaque puits de la plaquette.

1 - Dépôt dans chaque puits de deux gouttes de sérum à tester, de sérums témoins (colonne 1, puits B
à H) ou bien de l’eau distillée (colonne 1, puits A)

2 - Incubation 10 minutes à température ambiante.
3 - Lavage des puits avec une solution de lavage (PBS-twenn). L’opération est répétée deux fois.
4 - Dépôt dans tous les puits de deux gouttes d’une solution appelée « solution de conjugué » : ce sont

des anticorps anti-anticorps sur lesquels sont fixés l’enzyme péroxydase.
5 - Incubation 10 minutes à température ambiante.
6 - Lavage des puits comme au 3
7 - Dépôt dans tous les puits de deux gouttes de substrat de l’enzyme péroxydase. Attendre quelques

minutes qu’une coloration éventuelle se développe.

Activité
autocorrective n° 5 Réalisez un schéma des interactions moléculaires qui se sont produites dans les puits E6 et B9, en

utilisant les symboles fournis

Dans l’organisme, les anticorps, en se combinant aux antigènes vont les neutraliser et permettre leur
destruction. En effet, les anticorps font perdre leur virulence aux toxines et aux virus circulants dans
le milieu intérieur. Par ailleurs, la précipitation et/ou l’agglutination des complexes immuns favorisent
l’intervention de cellules particulières appelées phagocytes.

Page 39

Séquence 9-SN02 332

Activité n° 7 De la reconnaissance de l’antigène par des lymphocytes B spécifiques à la sécrétion
d’anticorps par les plasmocytes.

Activité n° 8 La réaction cytotoxique : données expérimentales

Seuls les lymphocytes T de la souris préalablement sensibilisée au virus A ou B sont capables de détruire
les cellules contenant ce virus. L’élimination des cellules infectées est spécifique car elle ne s’exerce
que vis-à-vis du virus auquel la souris a été sensibilisée.
Il est par ailleurs nécessaire que les cellules T effectrices soient de même souche que les cellules infectées
c'est-à-dire se reconnaissent comme appartenant au même soi.

Page 40

Séquence 9-SN02 333

Activité n° 9 Les diverses étapes de la réponse immunitaire mettant en jeu des lymphocytes T
cytotoxiques



Similer Documents